G

râce a la mécanisation et à l’automa­tion de plus en plus poussées, la du­rée du temps de travail diminue. Le XXe siècle est ainsi devenu le siècle du confort et du loisir ce qui a fait naître chez l’homme un besoin croissant de mouve­ments et d’activités physiques parmi lesquel­les les sports doivent prendre une place de choix.

 

La pratique du sport permet, chacun le sait, de lutter contre la sédentarité précoce, l’obésité ou le rachitisme, mais elle est aussi, et évidemment plus particulièrement chez les jeunes, un remarquable moyen d’éducation, et est, à ce titre, intégrée dans les program­mes scolaires…

 

Parmi les très nombreuses (elles augmen­tent aujourd’hui encore) disciplines sporti­ves:

 

L’HALTEROPHILIE

 

Ce mot évoque bien sûr, les exhibitions au­trefois très goutées, les leveurs de gueuses aux poitrines “ velues ” constellées de médail­les. Cette image désuette, surannée laisse place, bien heureusement, à une autre plus juste de jeunes athlètes élancés, rapides et souples sous les charges.

 

Le sport haltérophile possède ses champions, ses “ monstres ” (dans ce sens qu’ils sont les premiers dans leur tech­nique) et en cela il possède les vertus propres aux autres disciplines de compétitions, mais il est aussi une activité fondamentale à la for­mation musculaire, motrice de l’homme, et possède à ce titre des vertus spécifiques Sa pratique est essentielle à une certaine étape de la Vie... A quel âge la pratique de l’haltéro­philie et de la musculation répond-t-elle le mieux aux besoins physiologiques, psycho-mo­teurs et sociaux de l’individu, donc à quel âge a-t-elle le plus de chance de répondre aux aspirations des futurs champions ?

 

Cette question a un double objectif

 

1 - Souci d’Education par le biais d’une technique sportive, répondre au besoin vital du jeune que constitue la prise de conscience de son corps afin qu’il en soit le maître, qu’il le connaisse, qu’il en soit “ RESPONSABLE ”.

 

2 -  Souci de “ rentabilité sportive ulté­rieure, peut-être moins noble, mais qui reste le meilleur moyen pour obtenir des résultats de haut niveau.

 

De 6 à 13 ans, période dite respiratoire et qui correspond au primaire et premier cycle de nos établissements scolaires Français. l’ini­tiation sportive dans les quatre nages semble répondre aux critères pré-établis, avec comme objectifs

 

- savoir nager (utilité manifeste)

- développement harmonieux du corps

    - colonne vertébrale exempte de déforma­tions

- maîtrise respiratoire donc maîtrise de son corps

- maîtrise d’un élément inhabituel...

     Les activités complémentaires étant

    -l’agilité au sol (objectifs renforcement musculaire, travail de la souplesse, maîtrise du corps dans l’espace, développement du sens esthétique, du goût du beau, du sens du ryth­me).

    - La pratique d’un sport collectif (hand­ball, basket-ball, Football).

 

LES MOYENS DE S’EXPRIMER

PHYSIQUEMENT

 

A partir de 14 ans, période dite musculaire et qui correspond au second cycle de nos ly­cées, l’activité majeure des jeunes à qui il sera demandé ensuite de courir vite, de sauter haut, de lancer loin, doit être la pratique de la musculation à base d’haltérophilie. Pour­quoi ?... Il s’agit simplement de “ mettre la pyramide sur la base ” en d’autres termes de donner aux jeunes les moyens de s’exprimer physiquement, de connaître et de dominer leur corps en le modelant.

 

Loin de présenter les dangers que la rumeur publique colporte et qui est parfois entrete­nue par des personnalités médicales ou sco­laires (empêche de grandir, noue et raidit les muscles...) la pratique de l’haltérophilie des 13, 14 ans. en la. présence d’un éducateur com­pétant (très important) permet l’amélioration de ce que nous appelons “ les facteurs d’exé­cution ” et par la même augmente le rende­ment ultérieur d’un geste sportif quel qu’il soit. Il semble aberrant de demander à un élève de 6è de lancer le poids, s’il n’en possède pas les moyens physiques. Il est prouvé empi­riquement qu’une classe de 30 élèves progresse davantage en agilité au sol avec comme ho­raire hebdomadaire 1 heure de musculation et 1 heure de gymnastique plutôt que 2 heures de gymnastique.

 

Aspect complémentaire, mais souvent mo­tivant, l’apparence estéthique du sujet se mo­difie. En cette période pubertère ou post-pu­bertère, l’individu “ fabrique du muscle ” plus facilement et la pratique bien comprise de la musculation développe harmonieusement les muscles du corps, permet à celui-ci de deve­nir un bâti solide, capable de résister aux agressions de la vie moderne.

 

 

DEVELOPPE TOUS LES MUSCLES

 

L’haltérophilie, bien enseignée, (ceci est important, car une initiation mal conduite peut avoir de fâcheuses conséquences) déve­loppe tous les muscles d’une façon symétrique, elle tonifie plus particulièrement (et c’est important chez les jeunes) ceux de la colonne vertébrale. L’emploi de charges additionnelles permet de doser l’effort en fonction des be­soins et du sujet, j’insiste à ce propos sur la présence d’un éducateur spécialisé, trop d’er­reurs se sont faites parce que les principes fondamentaux étaient méconnus. Souplesse, détente, coordination, qualités essentielles en haltérophilie seront obtenues progressivement.

 

Avec l’apprentissage de ses techniques, l’hal­térophilie est éducative, elle permet une meil­leure connaissance de son corps, de ses moyens, de ses réflexes, elle demande un con­trôle permanent sur soi-même, Elle est aussi une école de volonté, lutte contre soi-même, effort et combat personnels, entraînement constant.

 

Pour toutes ses raisons (pédagogiques, phy­siologiques...) l’haltérophilie est une discipli­ne qui répond merveilleusement aux besoins des adolescents, pour s’en convaincre il suffit de regarder travailler une classe de Première ou de Terminale de 30 élèves ou les profes­seurs d’Education Physique ont fait de ce principe l’un des éléments de leur pédagogie, ou encore des salles d’entraînement ou le re­crutement est orienté vers les adolescents.

 

 

 

EDUCATIVE, APPOINT, COMPETITION

 

Activité éducative, activité d’appoint mais aussi sport de compétition et à ce titre Il est possible, avant même l’âge de 13 ans de com­mencer, avec des charges légères, une gym­nastique haltérophile ayant comme base les techniques de levé-porté, notamment les pla­cements des différents segments et articula­tions par rapport à la charge à soulever

 

Très important. L’âge physiologique du su­jet est essentiel, s’il est possible que l’ensei­gnement soit individualisé (ce qui doit se faire dans les pays de l’Est, après un dépistage précoce) l’entraîneur peut alors composer dès 11 ou 12 ans, et sous contrôle médical quasi permanent, un entraînement plus orienté vers la spécialisation technique, bien évidem­ment, cela sous entend un travail foncier an­térieur de la part de 1’ “  apprenti champion ” 

 

Voilà brièvement exposé, un essai de plai­doirie en faveur de l’haltérophilie, ce sport peut être l’activité de base de nos lycéens, car elle permet, de par ses possibilités pédagogi­ques l’épanouissement de l’adolescent (but éducatif) et (accessoirement pour les uns, prioritairement pour les autres) de détecter et de recruter les meilleurs éléments (but sportif commun aux autres disciplines).